Faire des captures d’écrans pour un tutoriel

L’objectif est d’obtenir une série de captures d’écran de bonne qualité, de même dimension, ou une série ne comportant pas plus de deux ou trois dimensions différentes, et si possible toutes de la même largeur. En tout cas on recherche une certain homogénéité, et la maitrise de la dimension des images.

La  méthode présentée ici est axée sur l’utilisation de l’émulateur de terminal (console sous X) principalement, mais pas seulement. Évidemment vous pouvez essayer d’autres programmes et d’autres méthodes pour faire les captures, et redimensionner les images.

Pour pouvoir vous montrer, ça, je vais faire quelques captures. Si vous voulez tester la méthode au fur et à mesure que vous lisez le tutoriel, commencez par installer le paquet scrot. C’est un logiciel de captures d’écrans très léger, et en ligne de commande. Il est très simple à utiliser : avec deux options, -c pour “count” (compter) et -d pour “delay” (délai), la valeur du délai avant capture, et le nom du fichier image qu’on veut créer, cela donne:

$ scrot -c -d 6 mon_image.png

La valeur est en secondes. On aura intérêt à moduler ce chiffre selon la vitesse à laquelle on a besoin de prendre la capture, et selon le délai dont on a besoin pour escamoter (cacher) la fenêtre de la console. Au bout de deux ou trois essais on sait généralement quel est le réglage qui va bien, et après on peut facilement enchainer les captures.

Pensez à créer un répertoire pour y mettre les captures, et ouvrez votre console dans le répertoire en question, pour simplifier les manipulations ultérieures.

La première capture arrive bientôt. Prenez le temps d’installer Imagemagick si vous ne l’avez pas déjà dans votre distribution, et utilisez convert afin de redimensionner une ou plusieurs captures en même temps. Pour l’instant, ce sera une seule à la fois:

$ convert -resize 640×480 capture-pour-tutoriel.png capture-pour-tutoriel-640×480.png

Les détails de cette ligne de commande
  • le signe “$” ne doit pas être copié : par convention il est là pour rappeler qu’on est simple utilisateur
  • convert // convertit
  • -resize // redimensionne
  • 640×480 // dimension souhaitée, en pixels (et qui va pour la plupart des écrans, et dans un peu tous les supports de publications)
  • nom_de_la_capture // la capture
  • nom_de_la_capture-renommée // le nom du nouveau fichier redimensionné
Le résultat pour une capture d’une machine virtuelle, prise par une ligne de commande scrot, laquelle a été capturée par une seconde capture, et le tout d’abord découpé dans Gimp (vous trouverez des captures pour cela un peu plus bas) et ensuite redimensionnée avec la ligne de commande ci-dessus.
Capture de capture d’écran

capture-pour-tutoriel-640x480

Maintenant, pour montrer une découpe avec Gimp, il y a 4 captures d’écran. Voici une ligne de commande pratique à conserver, pour redimensionner plusieurs images en même temps:

$ mkdir modif && for i in `ls *.*`;do convert $i -resize 640×480 modif/$i ; done

Ici que faisons-nous ? Nous commencerons pas mettre les images dans un répertoire où nous les redimensionnerons toutes en même temps. Donc inutile d’y mettre celles qui ont déjà été modifiées. Puis la ligne de commande commence par créer un répertoire nommé “modif” dans lequel toutes les images qui vont être rétrécies seront placées au fur et à mesure, par la ligne de commande.

On retrouve ici l’option “-resize” suivie de la dimension souhaitée. Attention à la syntaxe, les guillemets inversés sont différents des guillemets, la place du point-virgule n’est pas indifférente… en cas de doute, préférez le copier-coller plutôt qu’un recopiage visuel.

(le signe “$” ne doit pas être copié : par convention il est là pour rappeler qu’on est simple utilisateur)

decoupe-selection

1-decoupe-selection

2-decoupe-selection

3-decoupe-selection

Les petits plus de la console : quand vous avez lancé une commande, vous pouvez la rappeler avec la flèche haut du pavé des flèches. Quand vous faites une série de captures, c’est pratique car presque rien ne change dans le nom : seule le premier caractère sera changé, de 0 à 1 par exemple, de sorte à retrouver ses fichiers bien rangés dans l’ordre de la prise des captures. La rédaction du tutoriel qui s’ensuivra sera ainsi facilitée.

J’espère que cet article aidera ceux qui débutent dans la création de documentations.